Nous sommes 25 millions d’Européens infertiles !

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

Semaine Européenne de la Fertilité

Bonjour à tous

Tous les ans Fertility Europe organise au mois de novembre, une semaine européenne sur la fertilité et l’infertilité.

Cette année BAMP a trouvé le temps pour y participer (voir la vidéo à la fin) et nous vous proposons de participer vous aussi à cette semaine Européenne de la Fertilité via la diffusion et le partage des publications de Fertility Europe et via le challenge que BAMP mets en place pour faire du bruit en FRANCE au sujet de la fertilité et de l’infertilité.

Vous savez que cette année nous fêtons les 40 ans de Louise BROWN, premier bébé FIV né au mois de juillet 1978. C’est donc le thème de cette semaine Européenne : 40 ans de FIV ! Joyeux anniversaire ! Et vous que souhaitez-vous fêter ?

Cette semaine européenne et le challenge Français que nous vous proposons ont pour but…

Voir l’article original 1 513 mots de plus

Publicités

Parce que ça ne doit plus être tabou

Je partage ici le message de l’association SOS Préma :

Aujourd’hui 15 octobre, c’est la journée de sensibilisation au deuil périnatal.
Alors aujourd’hui encore plus, nous pensons à tous les parents, à toutes les familles, qui traversent cette épreuve. Rien de ce que nous dirons ne pourrait apaiser votre douleur, mais sachez que nous pensons à vous : vous n’êtes pas seuls.
Brisons le tabou du deuil périnatal, parlons-en ! Nous invitons toutes les personnes qui suivent notre page à changer leur photo de profil pour montrer leur soutien. Merci ❤️❤️❤️.

L’image contient peut-être : texte

Un énorme pensée à tous les paranges et à vos étoiles ♥♥♥ 

Unité Kangourou ou comment j’ai cru qu’on pourrait changer les choses

Suite à notre court séjour en Unité Kangourou (UK) après la naissance de la Gaufrette, et aux peu de précautions prises lors des soins aux bébés prématurés (entre 35 et 37 SA) malgré le risque de séquelles, nous avons écrit une jolie lettre à la direction de l’hôpital.

Lire la suite de « Unité Kangourou ou comment j’ai cru qu’on pourrait changer les choses »

Vivre avec ce passif

Aujourd’hui, la Graufrette a 5 mois. Et il se porte comme un charme.

Je ne réalise toujours pas que les emmerdes sont derrières moi, que j’ai bel et bien réalisé mon rêve. Je reste très émotive, je suis capable de pleurer pour un rien, une pub, une chanson (même de dessin animé), en racontant une histoire sortie d’un livre pour enfant, en regardant une femme enceinte, en évoquant mon parcours, en regardant mes miracles ou en les serrant dans mes bras.

Lire la suite de « Vivre avec ce passif »

Que faire de ce blog?

Comme beaucoup, je me suis demandée ce que je voulais faire de ce blog maintenant que La Gaufrette nous a rejoint, qu’il n’y a plus de projet bébé. Je ne souhaite pas écrire sur ma vie en général. Ce blog, je l’ai ouvert pour extérioriser mon mal-être, partager mon expérience avec d’autres personnes qui comprennent, et j’espère donner de l’espoir maintenant que l’histoire se termine bien. Au fil des articles, j’ai découvert tous les bienfaits de l’écriture et  j’ai l’impression que j’aurais du mal à m’en passer. Mais que dire maintenant?…

Lire la suite de « Que faire de ce blog? »

Il y a 1 an

Il y a un an, nous partions en we rien que nous 2, Mr Mousse et moi-même, Mini Mousse étant en vacances chez ses grands-parents.

Ce n’était pas un we en amoureux à proprement parlé, même si vu la rareté de la chose et le cadre fort sympathique, on le voyait un peu comme ça. A la base, c’était un we boulot pour Mr Mousse dans lequel je me suis incrustée. 2 jours d’un marché artisanal franco-suisse, dans un coin de notre région que j’aime beaucoup, juste à la frontière. Je passerai vite sur le fait que j’ai dépensé une bonne partie de la recette du we, mais c’est pas ma faute si tous les artisans du festival sont de qualité.

Lire la suite de « Il y a 1 an »

Histoire de chiffres

J’avais écrit cet article il y a environ 1 an. Je ne sais plus pourquoi je ne l’ai pas publié. Il est toujours d’actualité si je modifie légèrement la fin. Alors je le poste maintenant. D’une certaine façon, il résume bien mon parcours, sous forme de chiffres et peut-être apportera-t-il de l’espoir…


Aujourd’hui, j’ai envie de parler statistiques* ou plutôt probabilité. C’est le genre d’article totalement inutile mais j’y pense souvent. D’autant que je n’ai pas tous les chiffres et quand bien même, je serais bien incapable de calculer les « chances » que tout cela se produise. Pourtant tout ça s’est produit. C’est ma vie, mon parcours.

Lire la suite de « Histoire de chiffres »

Ma contraception (la suite)

Voilà, j’ai pris ma décision, ce sera finalement le stérilet en cuivre. Je serai plus en accord avec moi-même en évitant la prise d’hormones supplémentaires. Il me reste à travailler sur l’acception de mes cycles, mais ça viendra.

Lire la suite de « Ma contraception (la suite) »

Quand reprendre une contraception pose question

Je préviens à l’avance, cet article risque d’en énerver certaines. A vrai dire, je m’énerve moi-même… Dans le genre éternelle insatisfaite, je me pose là. Mais bon, ça me travaille, alors j’écris…


Deux jours après l’accouchement, alors que le transfert de la Gaufrette en néonat précipitait ma sortie de la maternité, une sage-femme m’a demandé quelle contraception je voulais. Totalement prise de court, j’avais dit stérilet au cuivre, comme après Mini Mousse, pour éviter les hormones. Ca me semblait une évidence. Après m’être injecté tous ces traitements (en encore j’en ai pas eu tant que ça au final), je ne voulais plus en entendre parler. Et puis j’avais plutôt bien supporté le stérilet les quelques mois où j’avais dû le porter.

Lire la suite de « Quand reprendre une contraception pose question »

23 jours en néonatalogie – partie 3

J’ai pas mal parlé des aspects un peu technique de l’hospitalisation de la Gaufrette et des choses difficiles qui m’ont marquée, mais pas des belles choses, alors je me lance.

Parce que quand même pendant ces 23 jours, j’ai eu beaucoup de jolis moments. Même si le contexte est particulier et si tout n’est pas rose, je n’ai jamais oublié la chance que j’avais d’être avec mon bébé.

Lire la suite de « 23 jours en néonatalogie – partie 3 »

40 ans

Voilà, aujourd’hui, j’ai 40 ans. Je devrais être une femme épanouie, j’ai un chéri, un travail, une maison, des amis et surtout j’ai mes 2 enfants auprès auprès de moi. Seulement, ce n’est pas ce que je ressens.

Déjà je ne me sens pas femme, je ne me suis jamais sentie vraiment femme, je ne réalise pas du tout que j’ai l’âge que j’ai. Pourtant je me rends bien compte du décalage avec les plus jeunes. Il y a 10 ans, je pensais que la maternité m’aiderait à changer ça, mais en fait non. Est-ce simplement que je refuse de vieillir ou est-ce que je ne me vois pas vieillir?

Lire la suite de « 40 ans »

23 jours en néonatologie – partie 2

Nous sommes 2 semaines après l’accouchement. L’allaitement ne se mettant pas en place, nous décidons d’introduire les biberons afin que la Gaufrette devienne autonome et se passe de sonde, condition sinequanone pour la sortie de l’hôpital.

Sauf que le 1er jour d’introduction des biberons, ne se passe pas comme prévu… En effet, la Gaufrette se montre peu enclin à manger, il se réveille à peine et n’a pas le comportement habituel. Tout s’éclaire à la prise de température (nous prenons sa température plusieurs fois par jour pour nous assurer qu’il régule bien, ce qui n’est pas toujours le cas chez les prémas, même en lit chauffant). Il a 38°C de fièvre. Nous passerons sur l’interne qui nous soutient que ce n’est pas de la fièvre, juste un coup de chaud. Heureusement l’infirmière et la pédiatre ne sont pas de cet avis et font quelques examens : prélèvement nasal pour vérifier s’il s’agit d’une infection virale et prise de sang pour la CRP qui nous renseignera sur une éventuelle infection bactérienne.

Lire la suite de « 23 jours en néonatologie – partie 2 »

23 jours en néonatologie – partie 1

Une fois le transfert de la Gaufrette effectué, les choses sont radicalement différentes. En effet, en néonatologie (néonat pour les intimes), les bébés nés à 35 SA sont considérés comme prématurés. Ils ont donc des soins et des examens spécifiques, ce qui nous rassure beaucoup et nous conforte dans l’idée que l’Unité Kangourou n’est pas du tout adaptée.

Lire la suite de « 23 jours en néonatologie – partie 1 »

Le transfert

J’aurai aimé écrire en temps réel, mais je n’ai pas réussi à trouver le temps lorsque qu’on était à l’hôpital. En plus, je n’avais que mon téléphone et c’est quand même bien galère d’écrire dessus. Je vous livre donc la suite de l’histoire en décalé. Je me rends compte que la majorité de mon blog aura été écrit à posteriori, tant pis, l’essentiel est que ça me fasse du bien!

Le séjour dans l’Unité Kangourou se poursuit comme raconté précédemment. J’apprécie particulièrement la 1ère nuit, le réveil qui sonne quand la Gaufrette est sensée manger (puisque c’est à heure fixe) et les allers-retour dans le couloir pour rejoindre la salle où il dort. Oui parce qu’après un accouchement, on en rêve de ces petites marches régulières qui vous font bien sentir que vous avez morflé quelques heures plus tôt…

Lire la suite de « Le transfert »

Bientôt à la maison

Le grand jour est arrivé!

25 jours après avoir donné naissance à la Gaufrette, nous rentrons enfin chez nous.
Dans quelques heures, il va pouvoir découvrir son nouveau chez lui et nous allons nous retrouver réunis, à 4, la famille au complet, enfin.
Je n’ai pas encore eu le temps de raconter la suite de nos « aventures », j’espère pouvoir le faire bientôt. Sachez  juste que la Gaufrette va bien et qu’il a finalement été pris en charge comme il faut.

Mais pourquoi faut-il adhérer à l’association Collectif BAMP ?

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

Régulièrement nous recevons des messages nous demandant : « mais pourquoi faut-il adhérer à l’association et comment faire ? »

POURQUOI adhérer à l’association ?

  • Parce que vivre d’amour et d’eau fraiche, cela ne suffit pas, même pour des bénévoles qui vivent d’engagement et de temps bénévolement dédiés à la cause collective.
  • Car justement nous sommes une association, ce qui implique un minimum de budget pour fonctionner. Notre budget est constitué en majorité par les dons et les adhésions. Nous ne percevons aucun financements privés, ce qui nous permet d’être indépendant. Et nous ne percevons pas non plus de financements publics, ce qui fait que notre budget est tout petit.
  • Parce que BAMP est une association impliquée sur différents sujets en liens avec l’assistance médicale à la procréation, l’infertilité, la préservation de la fertilité, le don de gamètes, la santé reproductive, etc. et à différents niveaux :
    • Des bénévoles de…

Voir l’article original 599 mots de plus

Unité Kangourou : du grand n’importe quoi!

Ayant eu un grand prématuré et Mr Mousse s’étant impliqué dans l’association SOS Préma (il a donc suivi des formations sur le sujet), on en connait pas mal sur la prématurité et les précautions à prendre pour limiter les risques de séquelles. Car même à 35 semaines, les risques existent. Ils sont faibles, mais plus on fait attention plus le risque diminue.

Lire la suite de « Unité Kangourou : du grand n’importe quoi! »

L’importance du lien

Avant de raconter les suites de la naissance de la Gaufrette, je voulais évoquer le projet de naissance. Vu les circonstances de l’accouchement, autant dire qu’il n’a pas servi. La SF l’a lu après coup.

Au début de la grossesse la seule chose qui importait, c’était d’avoir ce bébé et qu’il soit en bonne santé, peu importe le terme, peu importe les conditions de l’accouchement. Puis au fur et à mesure des mois, les chances que ça se produise augmentant au fil des semaines, j’ai réfléchi à ce qui comptait pour le jour J. Et j’ai rédigé un pseudo projet de naissance autour de la non séparation.

Concernant la technique, j’avais suffisamment confiance dans la maternité choisie pour ne pas rentrer dans ces détails. En revanche, ce que je voulais que l’équipe comprenne c’était l’importance de créer le lien entre la Gaufrette et nous. Ayant vécu une expérience difficile de ce point de vue avec Mini Mousse, c’était vraiment important que ce besoin d’être ensemble dans les 1ers instants soit reconnu et pris en compte.

Finalement, le terme de la Gaufrette a permis beaucoup de choses. Tout d’abord, j’ai pu l’avoir sur moi tout de suite en peau à peau et pendant les 2 heures d’observation, avec une 1ère mise au sein. Ensuite, Mr Mousse a pu couper le cordon et l’accompagner pour les 1er soins. Le transfert de la salle de naissance à la maternité a pu se faire avec bébé sur moi. On avait même négocié avec certains pédiatres le transfert en peau à peau sur le papa en cas de transfert en néonat (donc sans moi). Mais il n’y a pas eu besoin.

Tout s’est donc bien passé de ce point de vue, jusqu’à l’arrivée en « Unité Kangourou ».’

L’unité kangourou, ou UK, est un service rattaché à la maternité de l’hôpital où j’ai accouché pour les bébés nés entre 35 et 37 SA ou nés à terme mais avec un besoin de soins spécifiques. Quand on a franchi la barre des 35 SA, je me suis donc réjoui d’échapper à la néonat qui impliquait une séparation (bébé au -1, maman au 3ème étage) et de pouvoir aller directement en UK.

Puis on m’a expliqué le fonctionnement du service et j’ai déchanté ! Les 3 premiers jours, bébé n’est pas avec la maman dans sa chambre, mais dans une pièce à part avec d’autres bébés pour être mis sous surveillance (scope) et vérifier s’il est stable. Les soins, l’alimentation, les câlins se font donc dans cette pièce commune, sans aucune intimité, avec seulement 2 fauteuils pour parfois 5 bébés. La nuit quelqu’un vient nous chercher pour qu’on puisse s’occuper de notre bébé. On est loin de l’image que je me faisais d’une « Unité Kangourou ».

Même les visites des proches ne sont pas autorisées pendant ces 3 jours. Mini Mousse et mes parents ont pu voir la Gaufrette 2 minutes à travers une vitre, et encore, il a fallu insister et trouver l’appui de la pédiatre de garde qu’on avait la chance de connaître.

Autant dire qu’on était dégoûté. Dans le même hôpital, les prématurés en réa et en néonat , quelque soit leur terme, peuvent recevoir des visites de proches (parfois sous condition), mais les 35-37, non! Aberration totale.

Mini Mousse a été super, on lui a expliqué que comme petit frère était arrivé en avance, il était fragile et qu’il fallait attendre un peu pour le voir de plus près. Connaissant sa propre histoire, elle n’a pas râlé ou réclamé plus. Elle était déjà impressionnée et heureuse de le voir, même de loin. Mais pour nous et mes parents qui étaient sur place alors qu’ils habitent à 400 km, c’était un peu rude!

Mais ça ce n’est que la partie visible…

Lire la suite de « L’importance du lien »