Un accompagnement sur mesure

Aujourd’hui j’aimerai parler de l’accompagnement qu’on a mis en place pour vivre au mieux cette grossesse. Parce que vous l’avez déjà compris, je suis évidemment très heureuse d’avoir la chance de vivre une nouvelle grossesse, mais après tout ce qu’on a traversé, ce n’est pas malheureusement pas que du bonheur. Je me suis fait une raison il y a longtemps sur ce point. Au bonheur d’être enceinte, se mêlent l’angoisse que quelque chose tourne mal et des douleurs parfois très gênantes. Si l’angoisse a pu gâcher les 1ers mois, je ne dirais pas que c’est encore le cas, comme je le disais la dernière fois, cette angoisse s’est quand même bien atténuée, et je ne gère pas si mal les douleurs, mais ce n’est pas non plus l’épanouissement total. Alors pour limiter les dégâts, j’ai voulu des choses très différentes de la grossesse de Mini Mousse.

Pour Mini Mousse, en dehors des rdv gynéco, je ne voyais personne. Quand les douleurs ligamentaires ont été dures à supporter, j’ai vu ma généraliste de l’époque qui n’a été d’aucune aide et je commençais à envisager de me tourner vers les médecines douces comme l’ostéopathie ou l’acupuncture. Mais ne connaissant aucun praticien, j’hésitais encore quand Mini Mousse est arrivée.

Cette fois-ci, les choses sont très différentes. J’ai découvert tout un monde parallèle à la médecine traditionnelle, plus ou moins efficace, il faut le dire, mais qui a le mérite de se préoccuper réellement de la personne. Après avoir testé pas mal de choses ces 3 dernières années, j’ai pu choisir ce que je pensais le plus utile pour m’accompagner pendant ces quelques mois si particuliers.

J’ai déjà évoqué ici ce qui m’a aidé les 1ers mois, je ne reviens pas dessus. Pour la suite, j’ai souhaité voir une sage-femme en parallèle du suivi gynéco. Quand on s’est rencontré pour la 1ère fois, je lui ai expliqué les antécédents, l’angoisse permanente (c’était peu après l’écho T1) et mes attentes : une prépa personnalisée, qui démarrerait rapidement afin d’avoir les info importantes même en cas de prématurité et un accompagnement tout au long de la grossesse pour me rassurer, m’aider à gérer angoisses et douleurs. Elle a très bien compris et m’a proposé plusieurs choses, j’ai opté pour le yoga en douceur et une préparation en couple à base de massages (je vous laisse deviner qui masse et qui se fait masser).

On se voit donc tous les 15 jours pour des séances individuelles ou en couple selon la disponibilité de Mr Mousse. Ca fait vraiment du bien parce qu’on sort du médical. Dr Douceur est super, mais son rôle reste un suivi médical, là on est plus dans l’échange, la discussion, même sur la préparation à la naissance, on peut évoquer plein de choses puisqu’on est seul avec elle, on reparle notamment beaucoup de ce qui s’est passé avec Mini Mousse, ça nous aide à comprendre certaines choses.

Au début j’avais peur qu’un double suivi (SF + gynéco) soit un peu lourd mais en fait c’est très complémentaire puisque les approches sont très différentes. Et puis comme j’ai pas mal de temps libre, ça occupe et ça me permet de voir du monde.

En plus de cette SF que je vais appeler Miss Energie Positive, je vois aussi une autre SF pour l’acupuncture. Après mes dernières séances d’acu avec le Doc pas très net qui a réussi à m’énervé à chaque séance, j’ai cherché un autre acupuncteur plus près de chez moi. Par chance, une SF s’est formée il y a peu dans la ville d’à côté. J’ai donc pris rdv et là encore je suis tombée sur quelqu’un de très compréhensive et très douce. Elle m’accompagne donc 1 fois par mois avec ses aiguilles. L’objectif est de m’aider à gérer les angoisses (encore et toujours et pour être honnête, je n’ai pas l’impression que ça change grand chose), atténuer les douleurs (un léger mieux après les séances) et d’aider la grossesse à tenir le plus longtemps possible (ça je ne pourrai jamais vérifier ce qu’il en est).

Pour compléter tout ça, je continue de voir régulièrement mon ostéopathe, un autre modèle de douceur et de compréhension, pleine de bons conseils (des vrais, pas de ceux qu’on entend partout et qui nous énervent) et toujours à l’écoute. Avec elle, on travaille surtout sur les douleurs et c’est bien le plus efficace, malheureusement ça ne dure pas assez longtemps.

Finalement, je me suis rendue compte que ce dont j’avais besoin c’était d’être accompagnée humainement, d’avoir des professionnels qui constituent un cocon rassurant. Ca joue sûrement autant que les techniques en elles-mêmes. Ca m’a manqué lors de la grossesse de Mini Mousse, alors là, j’ai pas trop hésité et je ne regrette pas.

 

Publicités

Profiter, enfin!

Ca fait longtemps que je veux écrire mais je ne sais pas par où commencer.

Nous en sommes à 25 SA. J’ai encore du mal à y croire. 25 SA, c’est 5 mois de grossesse, mais surtout c’est le seuil de viabilité (enfin plus ou moins parfois c’est 24). Ca me soulage tellement d’être arrivée à ce stade. Le risque de fausse couche est derrière nous. Ce qui ne veut pas dire que plus rien ne peut arriver, ça non, on ne le sait que trop bien, mais quand même, on est dans une autre dynamique. On a franchi une sacrée étape, celle où on peut espérer que la Gaufrette soit prise en charge, soignée, où on pourra l’aider à se développer si elle arrivait trop tôt. Je me refuse de penser à une issue moins favorable.

Lire la suite de « Profiter, enfin! »

Il reste une semaine!!!!!! allez allez!!!!!

Supersouris en PMA

Questionnaire bioéthique BAMP!

Il vous reste une semaine pour répondre au questionnaire bioéthique BAMP!, si ce n’est pas déjà fait.
Vous pouvez aussi le partager pour que nous puissions avoir plus de 285 réponses reçues à ce jour.
ça pourra éviter, à l’avenir d’entendre et /ou de lire des conneries de ce type
Chaque voix compte!

View original post

Annulation Hope et médicaments à donner

Je me décide enfin à écrire cet article.

Suite à mes fausses couches successives et à ma FIV ratée, j’avais pris rdv avec la fameuse Dr Hope pour avoir un nouvel avis sur mon cas. Il se trouve que finalement, je n’aurai pas besoin de la rencontrer puisque tout continue de bien aller.

Alors voilà, j’annulerai mon rdv de la semaine prochaine demain ou après-demain. Connaissant les délais pour obtenir un rdv et l’attente insupportable que ça peut générer, je préfère en parler ici avant au cas où quelqu’un serait intéressé pour récupérer ce rdv. Le délai est court, mais on sait jamais!

J’ai également un petite réserve de médoc dont je ne me servirai pas:

  • 3 boites de Ménopur (gardées au frigo depuis que je les ai)
  • 1 boite de Décapetyl 0,1 mg
  • 2 boites de Gonadotropine Chorionique 5000 UI/1ml

Contactez-moi si  vous êtes intéressés ou connaissez quelqu’un qui peut l’être : missmoussebacktopma@gmail.com

J’ai aussi 2 boites toutes neuves d’Inofolic à revendre de préférence (à prix d’ami).

A bientôt pour des nouvelles de la Gaufrettes!

 

« Avant toi »

Pour faire suite à l’article précédent, je trouve que cette chanson de Calogéro résume bien ce que je ressens vis à vis de Mini Mousse, parce qu’elle a redonné un sens à ma vie.

Avant Toi

C’est des jours entiers
Ployer sous un fardeau
Jamais léger
Toujours courber le dos
Avant toi

Avant toi laisse-moi te dire que c’est
Traîner des pieds
C’est exister à peine
Désespérer que quelque chose advienne
Avant toi

Avant toi laisse-moi te dire

Avant toi c’était quoi
Sinon un préambule
Un long chemin de croix
Puis tout bascule
Avant toi c’était rien
Ou si peu que mon corps
Avant toi se souvient
De s’être senti mort

C’est se démener
Chanter dans le désert
Pour qui c’était
Tous ces vers, tous ces airs
Avant toi

Avant toi laisse-moi te dire

Avant toi c’était quoi
Une répétition
De mots, de gestes las
Puis l’explosion
Avant toi c’était rien
Ou si peu que mes bras
N’avaient jamais étreint
Que du vide et du froid

Avant toi c’était quoi
Sinon un préambule
Un long chemin de croix
Puis tout bascule
Avant toi c’était rien
Ou si peu que mon corps
Avant toi se souvient
De s’être senti mort

Avant toi c’était quoi
Juste une scène immense
Bien trop vaste pour moi
Et puis tout danse
Avant toi c’était rien
Ou si peu que ma vie
Commença le matin
Du jour où je te vis

4 ans

Je sais que la fin de l’année est une période difficile pour certaines, elle l’a été plus d’une fois pour moi aussi. Mes pensées vous accompagnent donc, que ce soit un moment heureux ou qu’il ravive la douleur, je pense fort à vous.

Je n’ai pas écrit depuis un moment, surtout par manque de temps (un comble en étant en arrêt) et d’énergie. Pourtant, j’ai plein de choses à raconter, rien de transcendant, juste ma petite vie, mais c’est bien la raison d’être de ce blog.

Commençons par le plus important : la Gaufrette va bien (autant que je puisse en juger par ses mouvements que je sens de plus en plus nettement). Mais ce n’est pas ce dont je veux parler aujourd’hui.

Une fois n’est pas coutume (du moins dans cette rubrique du blog), j’aimerai parler de Mini Mousse, Mini Mousse qui a fêté hier ses 4 ans. Ses anniversaires sont toujours un grand moment pour nous. C’est peut-être le cas pour tous les anniversaires, mais pour nous c’est vraiment particulier. Peut-être que la date y est aussi pour quelque chose, cette ambiance festive que l’on attend, mais il n’y a pas que ça. En ce jour anniversaire, on se souvient plus particulièrement de notre parcours, des difficultés, des doutes, de l’espoir, des déceptions,… et la voir là, grandir, insouciante, c’est une telle victoire. Les circonstances de sa naissance renforcent encore ce sentiment. On sait combien les choses auraient pu être différentes. Chaque année, on ne peut s’empêcher de repenser à cette folle journée d’il y a 4 ans, on ne savait pas si notre bébé miracle allait naître ce jour là, 3 mois plus tôt que prévu, et surtout, on ne savait pas si elle allait vivre. On ne comprenait pas vraiment la situation et encore moins ses implications. Et puis elle est arrivée, elle s’est battue et aujourd’hui elle remplie nos vie. Alors oui, ses anniversaires sont vraiment particuliers.

Et cette année, un peu plus encore, car 4 ans , c’est autant de temps passé avec elle que de temps passé à l’attendre. Je ne sais pas ce que ça signifie vraiment, mais je me rends compte de ce qu’elle nous a apporté. Elle a pansé nos blessures, rempli ce vide en nous qui nous détruisait à petit feu, de ses rires, de ses mimiques, de ses expressions qui nous font fondre. Comme 4 années peuvent paraître longues quand on attend et comme elles passent vite quand on est heureux. Bien sûr, d’autres blessures se sont ouvertes ces 3 dernières années, mais sa présence nous a aidé à rendre la douleur plus supportable, à trouver l’énergie de se relever à chaque fois et de continuer à se battre.

Quand je vois comment elle a accueilli la nouvelle de la grossesse, quand elle colle sa tête sur mon ventre pour faire un câlin à bébé ou qu’elle regarde dans mon nombril, nous assurant qu’elle le voit, je me dis qu’on a bien fait de ne pas baisser les bras, alors qu’il y a quelques mois, je n’étais pas si loin de vouloir tout abandonner. Je ne suis toujours pas persuadée que cette grossesse aura une issue favorable, et je sais que tous les parcours ne se terminent pas bien, mais j’aimerai vous dire de garder espoir et de continuer à vous battre.

 

 

Solidarité pour des associations utiles

J’avais déjà fait un article sur les moyens de soutenir BAMP, notamment en cliquant sur un lien du site pour accéder au site Amazon qui reverse alors 7% de vos achats à l’association.

Cette fois, c’est pour soutenir SOS Préma, autre association chère à mon cœur, que j’écris. Le principe est à peu près le même :

SOS Préma est désormais inscrite sur le site Facile2soutenir

Facile2Soutenir permet de générer des dons pour l’association grâce aux achats sur internet. Au même prix. C’est donc un soutien entièrement gratuit pour l’internaute !

Lorsque vous êtes inscrit sur Facile2soutenir, un pourcentage (entre 2,5 et 7%) de votre achat chez l’un des 500 sites partenaires (FNAC, Toys’rUs, Sephora, Groupon, Booking, SNCF, eBay, Auchan,…) nous sera directement reversé.

Installez dès maintenant Facile2soutenir sur votre ordinateur et/ou votre smartphone : http://www.facile2soutenir.fr/inscription/?association=PREMA
C’est simple, ça ne coûte rien et ça nous aidera beaucoup !
Et surtout, parlez-en autour de vous et incitez tout votre entourage à installer cette application ! Nous entrons dans la période de Noël, particulièrement dense en achats internet!

Par la suite, pour vous connecter sur vos enseignes préférées, passez par l’application Facile2soutenir sur votre smartphone et/ou votre ordinateur. Elle vous redirige directement sur le site marchand et enregistre ainsi votre achat pour nous reverser un don!

Merci à tous de votre soutien !

PS : Pour nous trouver, au moment de choisir votre cause lors de votre inscription, nous sommes dans la rubrique Famille et Enfance !!

C’est facile, ça ne vous coûte rien et ça peut aider de nombreux parents qui vivent une situation délicate.
N’hésitez pas à partager…

Annoncer sa grossesse au travail

Pour la plupart des gens, qui dit grossesse, dit bébé 9 mois plus tard. Pour moi, grossesse, veut juste dire grossesse et on verra bien ce qui se passe ensuite, même après l’écho du 1er trimestre. Alors l’annoncer ce n’est pas forcément facile.

Dans ce cas, pourquoi l’annoncer si tôt me direz-vous? A cause des absences, tout simplement.

Lire la suite de « Annoncer sa grossesse au travail »

Plan d’actions anti-prématurité

Avec mon antécédent d’accouchement prématuré (Mini Mousse est née après 6 mois de grossesse, sans raison apparente), on s’est posé beaucoup de questions sur le suivi d’une seconde grossesse et les précautions à prendre pour limiter les risques.

En prenant la décision d’avoir un 2ème enfant (ou en tout cas d’essayer), on en a beaucoup parlé avec Gynéco 1, notre gynéco de ville de l’époque (oui je dis « notre » gynéco, comme je peux dire « on » est enceinte ou « on » a accouché ou encore « on » fait des FC, car « on » vit les choses à 2 et généralement ça fait sourire « nos » interlocuteurs).

Lire la suite de « Plan d’actions anti-prématurité »

Une étape de plus de franchie!

Me voici enfin de retour. je voulais donner des nouvelles plus rapidement suite à mon article un peu déprimant sur mes réflexions suite au DPNI, mais le temps m’a manqué. J’y reviendrai.

Donc les résultats du DPNI sont tombés et tout va bien! J’ai eu quelques sueurs froides quand le téléphone a sonné mardi dernier. N° masqué (en général c’est l’hôpital). Une sage-femme m’annonce qu’elle a reçu les résultats et qu’elle ne voit pas trace de transmission de l’info dans mon dossier. Je lui confirme que personne ne m’a appelée. J’imagine déjà le pire. Et là, elle me dit que c’est négatif. Le temps que mon esprit percute : négatif, genre tout va bien ou négatif genre c’est pas bon? Pas le temps de formuler ma question qu’elle ajoute une petite phrase salvatrice qui me fait pousser un énorme soupir de soulagement.

Lire la suite de « Une étape de plus de franchie! »

DPNI et réflexions personnelles

Le dépistage des trisomies est une source d’angoisse supplémentaire. La 1ère à nous en avoir parlé a été le Dr Zen lors de la 2ème écho, il y a 1 mois. Sur le coup ça me paraissait loin et hypothétique puisqu’on n’était vraiment pas sûr que la grossesse continue de bien évoluer.

Elle nous a tout de suite proposé le DPNI (dépistage prénatal non invasif), en précisant qu’ils le proposaient en 1ère intention à partir de 38 ans. Sur le coup, je me suis dit qu’on avait de la chance, si on peut s’éviter les angoisses supplémentaires qu’ont vécues Simone, La Reine et une copine qui a eu un score de 1/39 au tri-test, il n’y a pas à hésiter. Mais ensuite, j’ai compris. Compris que si on me le proposait c’est que le risque était plus important vu mon âge (encore lui) et bien sûr je me suis mise à y penser, à réfléchir : Qu’est-ce qu’on fait si c’est positif ???

Lire la suite de « DPNI et réflexions personnelles »

L’échographie de la délivrance

Oui, je sais, normalement on parle de délivrance à la fin de la grossesse, mais je ne fais rien dans la norme alors pourquoi pas ?

Me revoilà enfin pour parler de l’écho tant attendue de vendredi dernier. Celle qui est censée marquer la fin de la période la plus à risque en ce qui concerne les fausses-couches. Oui parce que pour moi cette écho c’est surtout ça qu’elle représentait et non une première rencontre émouvante ou je ne sais quoi.

Après la frayeur des saignements 2 jours plus tôt, et malgré l’écho aux urgences qui montrait que tout allait bien, j’avoue que je n’étais pas sereine en arrivant au CHU. L’attente ne fut pas trop longue, et nous voilà parti à dérouler les antécédents à cette sage-femme qui ne nous connait pas. C’est « marrant » de voir la tête des gens au fur et à mesure du récit, c’est là qu’on se rend compte que c’est pas si courant que ça tout ce qu’on a traversé. Pour nous c’est presque devenu la norme, surtout avec la blogosphère, à nous toutes on n’est pas loin de concentrer le pire de ce qui peut arriver en la matière, mais c’est loin d’être la norme !

Une fois l’interrogatoire fini, on passe à l’écho, moi déjà en train d’enlever mes chaussures, mais non ce n’est pas la peine. Ca fait du bien, un examen habillé !

Et là, nouveau stress, je broie tiens la main de Mr Mousse et retiens ma respiration : je vois bien La Gaufrette, mais pas son cœur. La SF ne remarque rien, elle prend les mesures de la nuque directement parce qu’il est bien positionné et moi je garde les yeux rivés à l’écran en me disant que s’il y avait un problème, elle ne prendrait pas les mesures, si ? Et effectivement, peu après, elle met le son et on entend le cœur battre. Et moi, je me remets à respirer. Le reste se passe mieux, elle nous décrit tout ce qu’elle voit, tout ce qu’elle regarde et La Gaufrette a tout ce qu’il faut où il faut. C’est fou tout ce qu’on peut déjà voir (enfin je fais confiance à la SF parce que franchement j’en n’ai pas vu la moitié) : les doigts, les pieds, les oreilles, l’estomac, la vessie et même ce qui deviendra les 2 hémisphères du cerveau. Heureusement que ça dure longtemps car il m’a fallu du temps pour apprécier et accepter l’émotion qui montait. A la fin, j’ai regardé Mr Mousse, les yeux tout brouillés de larmes, et je lui ai dit « tu crois qu’on va vraiment l’avoir ce bébé ? ». Signe que je m’autorise enfin à y croire.

Depuis, je me suis même surprise à me projeter, surtout au moment de l’accouchement, et un peu après aussi. C’est compliqué parce que je me projette dans ce que je connais : la prématurité, la séparation, les services de réa-néonat. Mais pas négativement, au contraire, plutôt dans une forme idyllique de ce que ça peut être et de réparation de ce que je n’ai pas fait « comme j’aurai dû » avec Mini Mousse. Parfois, je m’imagine en maternité avec un bébé à terme mais c’est moins évident. En revanche, je n’arrive pas à me projeter plus loin dans la grossesse.

Il m’a fallu quelques jours pour réaliser, mais j’ai l’impression d’avoir un gros poids en moins sur les épaules. Ce n’est pas encore la sérénité que j’aimerai atteindre, mais je progresse. Chaque mois devrait retirer un peu du poids qu’il reste pour arriver à une certaine légèreté à l’approche du terme, enfin, j’espère!

Frayeur du matin

Ce matin, j’ai eu la mauvaise surprise de voir du sang en allant aux toilettes. Je vous laisse imaginer tout ce qui m’est passé par la tête. C’était pas des saignements très abondants, mais pas non plus des traces. Et puis ensuite plus rien.

Je n’ai pas hésité longtemps à aller aux urgences pour vérifier ce qu’il en était. J’ai beau avoir une écho prévue dans 2 jours, ne pas savoir est insupportable. Je vous donne tout de suite le résultat : tout va bien!

Lire la suite de « Frayeur du matin »

J-6

J-6 avant l’écho tant attendue, la vraie, l’officielle, celle du 1er trimestre. J’en serai à 12 SA+4 ou 5, on verra. J’ai tellement hâte et peur à la fois.

L’approche de l’échéance ravive toutes mes angoisses. J’ai toujours des symptômes alors je crois que la grossesse évolue bien, même si parfois je me demande si ce ne sont pas uniquement les effets de la progestérone que je continue à prendre matin et soir pour mon plus grand plaisir. Finalement, je n’ai pas fait de nouvelle écho depuis mon dernier article. Je n’avais pas le courage de faire 45 min de route pour attendre 1/2 h dans l’angoisse et passer 10 min dans le cabinet pour une écho qui m’aurait au mieux rassurée sur le coup, mais pas beaucoup plus longtemps.

Lire la suite de « J-6 »

Des familles grâce aux dons de gamètes !

Association de patients de l'AMP et de personnes infertiles.

Le don de gamètes parlons-en le plus largement possible pour changer la donne en France.

Pour ne plus  que les couples actuellement en attente soient obligés de patienter plusieurs années avant de pouvoir recevoir un don !

Pour ne plus que les couples soient dans l’injonction de trouver des donneurs ou des donneuses, avec pour « motivation » l’espoir de grappiller quelques mois ou années d’attente !

Pour ne plus que les couples soient contraints de se rendent à l’étranger, alors qu’ils ne le souhaitent pas !

On partage, on diffuse, on parle du don de gamètes pendant quasi un mois du 2 novembre au 26 novembre 2017.

A la radio, à la télévision, au cinéma, dans les journaux !

A nous sur les réseaux sociaux de partager largement aussi cette information, pour tenter de toucher plus de potentiels donneurs et donneuses.

Les messages sont simples :

  • Plus besoin d’être parent pour…

View original post 916 mots de plus

Pour l’instant, tout va bien!

Je ne peux pas m’empêcher de préciser ce « pour l’instant ».

Voilà, l’écho de ce matin s’est bien passée. Enfin, si on oublie le méga stress qui m’a accompagné depuis le réveil. J’en pleurai dans la salle d’attente tellement la pression était forte. J’ai d’ailleurs demandé à vérifier ma tension après l’écho, j’étais à 14, du jamais vu chez moi!

Lire la suite de « Pour l’instant, tout va bien! »

L’angoisse

Ca y est, c’est l’angoisse totale. Je n’arrive plus du tout à gérer. Pourtant les symptômes s’amplifient depuis ce we. Mais plutôt que de me rassurer, je panique complet à l’idée qu’ils disparaissent. Et puis le mal être dû aux nausées et le manque de sommeil n’aident pas. Je me demande même si les nausées ne sont pas plutôt dues à l’angoisse qu’à la grossesse… Comme ces douleurs dans le bas ventre. Je n’arrive même pas à les identifier, intestins, utérus? Douleurs normales ou annonciatrices de la FC? Tout me passe par la tête sans arrêt. STOP!!!

Lire la suite de « L’angoisse »

Ces petites choses qui m’aident (un peu)…

Après ma dernière fausse-couche, une des choses qui me faisait le plus peur à l’idée d’une nouvelle grossesse n’était pas la fausse couche en elle-même, aussi bizarre que ça puisse paraître. Non, ce qui me faisait le plus peur, c’était l’angoisse des 1ères semaines, celles où ne sait pas ce qui se passe en nous, celles où l’espoir est permis mais où la vie peut s’arrêter sans qu’on s’en aperçoive.

Lire la suite de « Ces petites choses qui m’aident (un peu)… »

Rien de neuf

Je n’ai pas grand chose de plus à raconter. J’en suis théoriquement à 6 SA+3, 1 mois tout pile en fait.

Je dis théoriquement parce qu’en fait, je ne sais pas si la grossesse évolue normalement ou pas. Mais je veux pas savoir. J’y crois, c’est tout.

Lire la suite de « Rien de neuf »